Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Mouvement politique né après les émeutes du 6 février 1934.
De son vrai nom
CSAR (Comité Secret d'Action Révolutionnaire), cette association secrète d'anciens royalistes et de ligueurs d'extrême-droite a été surnommée « La Cagoule » par la presse.

La cagoule collaboration F. Mitterrand

Elle se montre très active à partir de 1935 et de l'ascension du Front Populaire, sous la direction du polytechnicien Eugène Deloncle. La Cagoule, organisée comme une véritable armée de 40.000 membres a pour objectif de renverser la République (qualifiée avec mépris de « gueuse »).

 

Bénéficiant de l'aide financière de plusieurs industriels comme Louis Renault et Eugène Schueller, fondateur de L'Oréal, la Cagoule projette d'installer à la tête de l'État... le maréchal Philippe Pétain.

Son audience dans la jeunesse traditionaliste lui vaut la sympathie de groupes comme celui du 104, Rue de Vaugirard, internat des Pères maristes (Pierre Guillain de Bénouville, Claude Roy, André Bettencourt, François Dalle, François Mitterrand...)

La Cagoule - CSAR François Mitterrand

Trois groupes sont caractéristiques de l’hégémonie de la Cagoule sur l’extrême droite en province :

- le Groupement militaire patriotique à Toulouse qui assure les liens avec l’Espagne franquiste

- les Chevaliers du glaive de Joseph Darnand et François Durand de Grossouvre à Nice qui assurent le trafic d’armes avec l’Italie mussolinienne.

- l’Union des enfants d’Auvergne de François Méténier, influente parmi les ingénieurs et le personnel d’encadrement des usines Michelin de Clermont-Ferrand.

 

Lien :

6 février 1934 - Manifestation sanglante à Paris

1er février 1935 - François Mitterrand participe à la manifestation contre « l’invasion métèque »

 

Tag(s) : #Politique

Partager cet article

Repost 1